Actualites du lab - Paris&Co Expérimentation 

Actualites du lab

  • 12/01/17 Tribune de l'Urban Lab dans Smart City Mag
    
    Retrouvez ci-dessous la tribune d'Albane Godard, directrice de l'Urban Lab, sur l'opportunité que représente l'enjeu de l'adaptation au changement climatique pour repenser nos villes, publiée dans le dernier numéro de "Smart City Mag".

    Adaptation au changement climatique: une opportunité pour repenser nos villes



    En cette fin de COP22, il est utile de rappeler que la politique climatique internationale possède deux piliers : l’atténuation et d’adaptation. Le volet atténuation concentre l’ensemble des débats nationaux et internationaux. En plus d’exiger une coordination mondiale, seule échelle garante de son efficacité, il possède des indicateurs partagés par tous facilitant sa compréhension (la tonne équivalent CO2 en premier lieu). À son opposé, le volet adaptation repose sur l’analyse et la prise en charge de problématiques locales très diverses comme la montée des eaux, les pics de chaleur, les crues, la diminution des débits des cours d’eau, les incendies.... 


    À chaque contexte, son lot particulier de conséquences. L’adaptation ne possède aucune métrique partagée, n’a pas de solution universelle et doit répondre à des incertitudes multiples, ce qui la rend pour le moins complexe à appréhender. Une constante se dégage néanmoins des nombreux évènements climatiques majeurs auxquels nous avons déjà dû faire face : une excessive improvisation. Face à des évènements qui pourraient se répéter comme la canicule européenne de 2003, les tempêtes de 1999 ou le cyclone Katrina en 2005, les réponses des pouvoirs publics manquent de réactivité, les infrastructures ne sont pas adaptées, les citoyens se retrouvent paralysés.

    Les villes en première ligne

    Centres des conséquences les plus lourdes ainsi que des potentielles crises systémiques de par leur densité, les villes se retrouvent en première ligne des réflexions sur l’adaptation au changement climatique. Selon la Banque mondiale, l’adaptation au changement climatique pourrait coûter de 70 à 100 milliards de dollars par an et 80 % des investissements devront être réalisés dans les zones urbaines (digues, drainage, distribution d’eau…). Les coûts additionnels d’adaptation des infrastructures ne représentent qu’une faible fraction des coûts totaux associés au développement d’un projet urbain (entre 5 et 15 %) si les modi­cations sont pensées en amont. Inversement, l’absence de prise en compte des enjeux climatiques dans une installation prévue pour durer 50 ans pourrait entrainer des effets de coupure et de blocage qui se révèleraient bien plus coûteuses à long terme. C’est là un constat essentiel : la ville de 2050 se construit aujourd’hui. Celle qui devra faire face, celle qui devra être résiliente, inclusive, innovante se prépare dans nos projets de développement actuels. Et c’est une formidable opportunité ! L’intégration de la résilience dans nos modes de vie, la prise en compte des vulnérabilités  climatiques, l’anticipation des  conséquences futures supposent de repenser en profondeur nos systèmes urbains de manière disruptive ou transformationnelle, ouvrant la voie à d’importantes et nécessaires innovations techniques, économiques et sociales. Dans une dynamique d’adaptation, cherchant à atténuer les effets préjudiciables et maximiser les effets béné­ques, de nombreuses synergies positives sont à trouver entre réduction des émissions, qualité de vie, équité sociale,  dans une gouvernance plus intégrée, accès aux moyens pour agir. Si l’on rajoute à cela les 57000 milliards de dollars qui devraient être investis dans les infrastructures d’ici 2030, le terrain de jeu devient extrêmement vaste.

    S'adapter au changement

    Les villes se sont déjà partiellement emparées du sujet, comme l’atteste le deuxième rapport d’évaluation d’UCCRN (Urban Climate Change Research Network) sur le changement climatique en ville ou la création du réseau C40 en 2005. De son côté, Paris, après avoir défi­ni sa stratégie d’adaptation au changement climatique en 2015, lance en cette fin­ d’année un programme d’expérimentations urbaines afi­n de tester des solutions concrètes d’adaptation. Comme toute grande mutation, le changement climatique peut être un poids paralysant et anxiogène ou un formidable accélérateur pour repenser nos modèles, nos modes de vie, nos villes. Il ne tient qu’à nous d’engager une démarche proactive, basée sur l’innovation, pour s’y préparer. Et de garder en tête la phrase de Darwin : « les espèces qui survivent ne sont pas les espèces les plus fortes, ni les plus intelligentes, mais celles qui s’adaptent le mieux aux changements. »









     
  • Voir toutes les actualités